Une cuisine parfaitement proportionnée dans le sud de l’Italie séduit une clientèle élégante dans ce lieu incontournable de Mayfair

Sartoria («couture» en italien), taillé dans la même étoffe que la grande pourvoirie de Savile Row à Londres, est le seul restaurant installé dans la rue renommée depuis son lancement en 1998 – bien qu’il ait certainement relâché son lien depuis.

Une refonte complète du design en 2015 dirigée par David d’Almada (responsable du Mayfair’s Arts Club) a permis d’obtenir l’équilibre parfait entre opulence W1 et style milanais élégant. Attendez-vous à une esthétique attrayante composée de banquettes dodues vert olive, de somptueux fauteuils à fleurs, d’un bar couleur cuivre et de moquettes si douces que vous voudrez faire appel à un atelier pour en faire un pull automne sur mesure.

Ce n’est pas seulement les intérieurs qui ont été rénovés cette année-là. Le chef acclamé Francesco Mazzei a été nommé, habillant le menu avec une touche d’héritage du sud de l’Italie. Ses plats portent autant sur le fond que sur le style. De côté Parmi les antipasti classiques, parmi lesquels on choisit la burrata et l’artichaut, on retiendra parmi les favoris les classiques tels que les fruits de mer fregola.

Communément appelé «couscous sarde», les pâtes sont d’abord trempées dans de la semoule, puis séchées, avant d’être grillées et ajoutées à une riche biscuit à la tomate. Lors de notre visite, il était resplendissant de grosses crevettes siciliennes, de délicats morceaux de morue et d’un mélange de moules et de couteaux qui avaient le goût d’une journée d’été au bord de la mer – aidés par notre choix de dîner en plein air sur la terrasse par une soirée exceptionnellement chaude . En fermant les yeux, nous aurions facilement pu nous percher dans un palazzo Positano.

Les tagliolini au homard qui ont suivi ont été tout aussi indulgentes, la viande tendre étant perchée sur des rubans de pâtes glacées et parfaites pour les bouchées. Le partenaire criminel de Mazzei, Enrico Bucci – originaire de Rome, maintenant directeur général du restaurant – a feint d’être scandalisé lorsque nous avons refusé le dessert. Une tranche de gâteau à la pistache est arrivée carte blanche, accompagnée d’une boule de gelato à la pistache avec «Dolce du jour» – une combinaison enivrante de noisette, espresso et chocolat qui avait le goût d’un cappuccino freddo reconstitué. Sans surprise, les deux ont été dévorés sans se soucier des boutons du haut du pantalon qui, au moment de notre départ, étaient débordants. Bon travail, il y a un bon tailleur ici.